cbd

cbd

Quels sont les bienfaits du CBD ?

Plus de 60 % des clients du CBD le prenaient pour des malaises, comme l’indique une étude portant sur 5 000 personnes. Est-ce que ça aide ?

cbd

Le commerce du CBD est florissant et devrait atteindre 16 milliards de dollars aux États-Unis d’ici 2025. En effet, l’extrait de la plante est ajouté aux cheeseburgers, aux cure-dents et aux douches d’haleine. Plus de 60 % des clients du CBD l’ont pris pour lutter contre la tension, comme l’indique une étude menée auprès de 5 000 personnes par le Brightfield Group, une société d’études statistiques sur le cannabis. Une agonie persistante, un trouble du sommeil et la morosité suivent. Kim Kardashian West, par exemple, a consulté l’article alors qu’elle était “folle” de la naissance de son quatrième enfant. Le joueur de golf expert Bubba Watson se laisse aller à s’allonger avec. En outre, le bouledogue français de Martha Stewart en prend également.

Qu’est-ce que le CBD ?

Le cannabidiol, ou CBD, est le rejeton moins connu de la plante de cannabis sativa ; son parent plus populaire, le tétrahydrocannabinol, ou THC, est la fixation dynamique dans le pot qui lance le “high” des clients. Établie en Asie centrale, la plante aurait été utilisée pour la première fois à des fins thérapeutiques – ou pour des cérémonies – vers 750 avant J.-C., mais il existe également d’autres jauges.

Le cannabidiol et le THC ne sont que deux des plus de 100 cannabinoïdes de la plante. Le THC est psychoactif, et le CBD pourrait éventuellement l’être, ce qui implique un badinage. Le THC peut provoquer des malaises ; on ne sait pas exactement quel est l’impact du CBD, s’il en a un, pour les atténuer. Le THC peut provoquer une dépendance et des envies ; le CBD est concentré pour aider les personnes en phase de récupération.

Commercial

Continuez à lire l’histoire fondamentale

Le cannabis contenant 0,3 % ou moins de THC est le chanvre. Bien que la loi sur l’agriculture de l’année dernière ait sanctionné le chanvre dans le cadre de la législation gouvernementale, elle a également permis à la Food and Drug Administration de ne pas surveiller les produits issus du cannabis.

Quels sont les cas ?

Le CBD est présenté comme une aide à la tension, au découragement et aux problèmes de pression post-horrible. Il est également présenté comme favorisant le repos. La notoriété du CBD tient en partie au fait qu’il est “non psychoactif” et que les acheteurs peuvent bénéficier des bienfaits de la plante sans être sous l’emprise de la drogue (ou sans avoir envie de manger une pizza à midi).

De la même manière que les plants de chanvre poussent à travers les États-Unis, la promotion de cette plante est en plein essor. Des huiles et des douches nasales aux bonbons et aux suppositoires, il semble qu’aucun endroit ne soit trop sacré pour le CBD. “C’est la bête qui a pris le contrôle de la pièce”, a déclaré le Dr Brad Ingram, éducateur associé en pédiatrie au centre médical de l’université du Mississippi, à propos de presque toutes les utilisations sauvages du CBD actuellement. Il dirige une étude clinique préliminaire sur la réglementation du CBD pour les jeunes et les adolescents souffrant d’épilepsie sans danger pour les médicaments.

Le choix des rédacteurs

Le basket-ball n’est rien sans le filet

L’expert en art du Louvre à la recherche de tableaux pillés

Il m’a fallu beaucoup de temps pour m’affirmer en tant qu’amateur de peluche

Est-ce que …

Jus de céleri, Kombucha, Charbon actif, CBD, Curcuma, Huile de poisson, Chlorophylle, Jeûne intermittent, Régime Keto, Probiotiques, Collagène, Café, Zinc, B.M.I., Lait végétal, Déodorant naturel

Une arnaque ?

Les réalités du bien-être.

Ces modèles vous transformeront-ils – ou

ou prendre votre argent ?

Le CBD est-il efficace ?

“Il est prometteur dans de nombreuses voies de guérison car il est généralement protégé”, a déclaré James MacKillop, co-directeur du Michael G. DeGroote Center for Medicinal Cannabis Research de l’Université McMaster à Hamilton, dans l’Ontario.

L’année dernière, la F.D.A. a soutenu Epidiolex, un retrait de CBD aseptisé, pour traiter les problèmes de crises d’épilepsie peu communes chez les patients de 2 ans ou plus établis après trois préliminaires cliniques randomisés, contrôlés par une double vision et un faux traitement avec 516 patients qui ont montré que le médicament, apporté avec différents médicaments, aidait à diminuer les crises. Ce type d’études représente le meilleur niveau de qualité en matière de médication, où les membres sont isolés par une certaine coïncidence, et où ni le sujet ni l’agent ne se rendent compte de quel rassemblement prend le faux traitement ou le médicament.

Bien qu’il soit possible de traiter différentes affections à l’aide de la plante, Epidiolex reste le seul médicament à base de CBD approuvé par la FDA. La plupart des études sur le cannabidiol ont été menées sur des créatures, et sa notoriété actuelle a dépassé la science. “Le séminaire 101 sur le CBD n’est pas encore très clair”, a déclaré Ryan Vandrey, professeur associé de psychiatrie et de sciences du comportement à la faculté de médecine de l’université Johns Hopkins.

Le CBD aide-t-il la nervosité et le PTSD ?

Pour les étudiants souffrant d’un malaise amical, un exposé de quatre minutes, auquel ils ne peuvent guère se préparer, peut être paralysant. Cependant, un petit examen publié dans le journal Neuropsychopharmacology a révélé que le CBD semblait réduire l’appréhension et la déficience intellectuelle chez les patients souffrant de nervosité sociale lors d’une simulation de discours en public.

 

Quoi qu’il en soit, une double étude sur les malvoyants a révélé que les volontaires solides auxquels on avait administré de la CBD n’avaient pratiquement pas modifié leur réaction enthousiaste à des images ou à des mots désagréables, contrairement à ceux qui avaient reçu un faux traitement. “S’il s’agit d’un médicament calmant, il devrait modifier leurs réactions aux améliorations”, a déclaré Harriet de Wit, co-créatrice de l’étude et enseignante à la division de psychiatrie et de neuroscience sociale de l’Université de Chicago. “En tout cas, ça n’a pas été le cas”.

De nombreux combattants reviennent de la guerre et du SSPT et se tiennent régulièrement à l’écart d’exercices, de lieux ou de personnes spécifiques liés à leurs terribles mésaventures. Le ministère des Anciens Combattants finance sa première étude sur le CBD, en l’associant à une psychothérapie.

“Nos traitements de pointe s’efforcent de rompre la relation entre les signes de la blessure et la réaction d’épouvante”, a déclaré Mallory Loflin, professeur adjoint associé à l’Université de Californie à San Diego et principal spécialiste de l’étude. “Nous pensons que la CBD, essentiellement dans des modèles de créatures, peut aider cette interaction à se produire plus rapidement.” Alors que d’importantes études cliniques préliminaires sont en cours, les analystes affirment qu’il n’existe pas encore de preuves convaincantes de la faisabilité de ce traitement.

Le CBD favorise-t-il le repos et le mal-être ?

Vous êtes debout tard le soir, coincé à regarder des enregistrements de jeunes chiens ? Le CBD pourrait être prometteur en tant que tranquillisant ; l’un des symptômes des préliminaires de l’Epidiolex pour l’épilepsie était la paresse, selon M. MacKillop, co-créateur d’un audit sur les cannabinoïdes et le repos. “Si vous êtes à la recherche de nouveaux médicaments pour le repos, cela pourrait être un indice”, a-t-il déclaré.

Cependant, il prévient que les effets secondaires pourraient être le résultat direct d’une collaboration avec d’autres médicaments que les jeunes prenaient pour contrôler leurs crises. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu d’étude préliminaire randomisée, contrôlée par un faux traitement, à double vue (le plus haut niveau de qualité) sur les problèmes de repos et le CBD.

[Des tuteurs stressés tentent le coup].

Un nouvel audit graphique portant sur 72 patients souffrant de troubles mentaux traités au CBD a révélé que le malaise s’améliorait, mais pas le repos. “Dans l’ensemble, nous n’avons pas trouvé que le CBD était un traitement utile pour le repos”, a déclaré le Dr Scott Shannon, professeur clinicien de psychiatrie à l’Université du Colorado à Denver et auteur principal de l’étude publiée dans The Permanente Journal.

Le repos peut être perturbé pour certaines raisons, notamment le découragement. Des rongeurs ont semblé mieux s’adapter à des conditions pénibles et ont affiché un comportement moins pénible après avoir pris du CBD, comme l’indique une enquête parue dans le Journal of Chemical Neuroanatomy. “Il est choquant de constater que le CBD semble agir plus rapidement que les antidépresseurs ordinaires”, a pensé l’une des créatrices d’un autre audit, Sâmia Joca, une personne de l’Institut d’études avancées d’Aarhus au Danemark et une enseignante partenaire de l’Université de São Paulo au Brésil, dans une rencontre par courriel. Évidemment, il est difficile de reconnaître le découragement chez les créatures, mais les examens que Mme Joca et ses partenaires ont évalués ont recommandé que dans les modèles d’ouverture à la pression persistante, les souris et les rongeurs traités à la CBD étaient plus forts.

Cependant, en l’absence de préliminaires cliniques chez l’homme, les analystes affirment que l’impact du CBD sur le malheur est encore une spéculation, et non un traitement fondé sur des preuves.

Le CBD est-il destructeur ?

“Si vous prenez de la CBD non modifiée, elle est tout à fait protégée”, a déclaré Marcel Bonn-Miller, professeur collaborateur à la Perelman School of Medicine de l’Université de Pennsylvanie. Les effets secondaires observés dans l’étude préliminaire sur l’Epidiolex comprenaient des troubles intestinaux, de la somnolence, de la lassitude, des lacunes, des éruptions cutanées, une diminution de la faim et une augmentation des composés hépatiques. De même, on ne sait pas encore quelle est la quantité protégée à consommer en une journée, ou du tout pendant la grossesse.

Dernièrement, la F.D.A. a envoyé une lettre d’avertissement à Curaleaf Inc. au sujet de ses “cas non vérifiés” selon lesquels l’extrait de plante traite un assortiment de conditions allant de la tension et du mal-être des animaux domestiques à la croissance maligne et au sevrage des narcotiques. (Dans une explication, l’organisation a déclaré qu’une partie des articles auxquels il était fait référence avaient été suspendus et qu’elle travaillait avec la F.D.A.).

Le Dr Smita Das, qui préside le groupe de travail sur le cannabis du Council on Addiction Psychiatry de l’American Psychiatric Association, ne suggère pas le CBD pour la nervosité, le PTSD, le repos ou la morosité. Elle craint que les patients qui se tournent vers ces produits douteux ne remettent à plus tard la recherche de soins appropriés pour leur bien-être émotionnel : “Je suis doublement inquiète de la façon dont l’ouverture aux produits à base de CBD peut amener quelqu’un à se tourner vers les produits à base de cannabis.”

Certains articles à base de CBD peuvent contenir des étonnements indésirables. Des toxicologues criminologues de l’Université Virginia Commonwealth ont inspecté neuf e-fluides présentés comme étant des extraits de CBD 100% normaux. Ils ont découvert que l’un d’entre eux contenait du dextrométhorphane, ou DXM, utilisé dans les médicaments sans ordonnance et considéré comme une accoutumance lorsqu’il est manipulé, et quatre contenaient un cannabinoïde modifié, parfois appelé Spice, qui peut provoquer des tensions, des psychoses, des tachycardies et des décès, selon une enquête publiée l’année dernière dans Forensic Science International.

Des recherches antérieures ont révélé que moins de 33 % des 84 articles considérés contenaient la mesure de CBD sur leur nom. Quelques consommateurs de CBD ont également échoué à des tests de dépistage de drogues lorsque l’article contenait plus de THC que prévu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *